Avertir le modérateur

lundi, 09 janvier 2012

Soins funéraires pour les séropos: les associations exigent des garanties politiques de Nora BERRA

Mobilisées contre l'interdiction des soins funéraires pour les personnes qui vivaient avec le VIH et/ou une hépatite virale, nos associations enverront des représentantEs à la réunion qui a été organisée à notre demande demain par la Direction Générale de la Santé, et qui doit aborder la question.

L'annonce de cette réunion nous laisse cependant dubitatif-ves:

  • Le ministre Nora BERRA n'a pas répondu à notre demande et se défausse sur son administration. En laissant la DGS seule, et non son cabinet, organiser cette réunion, le ministre voudrait faire croire que le problème se limiterait à la mise en place d'une expertise. Or, scientifiques, associations et professionnelLEs du funéraire sont unanimes : l'interdiction des soins pour les séropos est une absurdité scientifique, une discrimination et une violence pour les mort-es et leur entourage, un encouragement à prendre des risques pour les thanatopracteurs. Une nouvelle série de concertation d'expertise technique est inutile.
  • Demandée depuis des mois, cette réunion ne se tient qu'à la suite de la pression associative, et de la médiatisation du scandale que représente l'interdiction des soins funéraires pour les séropos. Nos associations ont par exemple reçu l'invitation au moment même où l'AFP annonçait le rendez-vous de travail. Qu'en déduire de l'intérêt que portent le ministre et les responsables de son cabinet à une telle discrimination ?
  • Nos associations n'ont été consultées ni sur la date, ni sur l'horaire de cette réunion. Comme si nous étions immédiatement disponibles. Il y a parmi nous des bénévoles qui ont un emploi ailleurs que dans la lutte contre le sida ; il y a des malades qui ont des rendez-vous médicaux. Le principe de base de la démocratie sanitaire est de s'assurer de la disponibilité des personnes à qui on fixe un rendez-vous.

Nous demandons donc à Nora BERRA de se prononcer publiquement pour la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les personnes qui vivaient avec le VIH et/ou une hépatite virale. Nos associations ont suffisamment montré leur volonté de dialogue et leur expertise. La preuve a été faite que cette interdiction doit être levée : le problème est politique, et non technique.

La façon dont on traite, ou maltraite les morts, est aussi un critère d'évaluation d'une politique, et à quelques mois d'échéances électorales, nous saurons le rappeler dans les débats de campagne.

vendredi, 25 novembre 2011

Sida : Michel MERCIER et Nicolas SARKOZY loupent le coche

nicolas sarkozy,michel mercier,sérophobie,sida,ump,parti de gauche,parti radical de gauche,parti socialiste,françois baroin,sénat,assemblée nationale,élection présidentielle,législatives,2012,vih

Cette semaine était une semaine importante pour la lutte contre le SIDA et la sérophobie. Malheureusement Michel MERCIER et Nicolas SARKOZY loupent encore le coche. Ils illustrent ainsi parfaitement le mot d’ordre choisit par la Lesbian and Gay Pride de Lyon pour la manifestation du 1er décembre : « Sida : l’autre oublié du gouvernement ».

Nicolas SARKOZY refuse d’éradiquer le SIDA dans le monde.

Le lundi 21 novembre 2011, le Sénat a adopté un amendement budgétaire créant, en France, la taxe sur les transactions financières (TTF). Lors du G20 le président de la république s’engageait : « une partie importante, voire totale, du produit de la taxe doit aller au développement ». La Lesbian and Gay Pride de Lyon félicite le Sénat pour cette décision, et appelle maintenant le Président de la République à passer des mots aux actes, en soutenant l’amendement du Sénat et en affectant la taxe au développement sous ses différentes formes, y compris la lutte contre le sida. Pour François BAROIN, la France devrait attendre le reste de l’Europe pour mettre en place cette taxe. Or, David Cameron se vante de bloquer tout accord européen en ce sens. Pourtant ces sommes sont indispensables pour mettre en place des programmes de prévention et de dépistage qui permettraient de contrôler la propagation de l’épidémie, préalable indispensable à l’éradication du VIH. Sarkozy choisira t-il le camp des spéculateurs, ou celui des malades ? La vie de 10 millions de séropositifs en attente urgente de traitement en dépend.

Michel MERCIER refuse de lutter contre la sérophobie et de protéger les malades

Par ailleurs, le mardi 22 novembre, l’Assemblée nationale a adopté, en première lecture, par une écrasante majorité, l’allongement du délai de prescription de 3 mois à 1 an pour les injures publiques à caractère homophobe, sexiste et handiphobe. Cette proposition de loi, présentée par Catherine Quéré, députée PS de Charente-Maritime mettra ainsi fin, au terme du processus législatif, à une inégalité qui existe à ce jour entre plusieurs critères de discrimination concernant les injures, diffamations et provocations à la haine et à la violence. Par contre, la Lesbian and Gay Pride de Lyon regrette que Michel MERCIER se soit opposé à l’ajout des critères de l’identité de genre et de l’état de santé, proposé par les amendements de Martine Billard, députée du Parti de Gauche. Ces nouveaux critères auraient permis de sanctionner les injures dont sont quotidiennement victimes les personnes trans et les personnes atteintes du VIH, déjà socialement stigmatisées. La sérophobie n’est pas prise en compte dans la loi si une personne se fait insulter ou agresser à cause de sa séropositivité. La Lesbian and Gay Pride de Lyon se mobilise donc pour que la sérophobie soit enfin reconnue comme "circonstance aggravante", au même titre que l’homophobie et le racisme.

Nicolas SARKOZY et Michel MERCIER avaient l’occasion d’améliorer le sort des malades, de lutter activement contre le sida et la stigmatisation des personnes touchées. Ils ont, une fois de plus, loupé le coche.

Les associations vont maintenant devoir attendre les élections de 2012 afin de faire avancer ces dossiers.

Le mot d’ordre de la manifestation du 1er décembre « Sida : l’autre oublié du gouvernement » interpelle l’ensemble des partis politiques et leurs candidats pour qu’ils se positionnent avec clarté sur nos revendications. Ils doivent s’y engager dès maintenant et reprendre nos revendications dans leur programme électoral lors des élections présidentielle et législatives de 2012.

jeudi, 06 octobre 2011

éducation à la sexualité : poursuivons le dialogue, la démarche de participation démocratique des jeunes de la Région Rhône-alpes

Dans le cadre d’un plan d'actions autour de l’éducation à la sexualité, la Région Rhône-Alpes est venu à la rencontre des jeunes entre le 18 mars et le 12 mai 2011.

Parce que la prévention des grossesses non désirées et l’information concernant les infections sexuellement transmissibles sont des enjeux majeurs de santé publique, il est nécessaire d’impulser une nouvelle phase d’information et de prévention en direction de la jeunesse. Un premier niveau de concertation s'est déroulé de novembre à fevrier sur cette thématique avec 80 personnes issues notamment des collectivités et des associations. Des jeunes ont aussi participé aux ateliers qui ont permis de poser des constats partagés autour de la sexualité des 16-25 ans. Franchir le pas

Si des actions d’information sur l’éducation à la sexualité existent déjà, un bon nombre de jeunes éprouvent des difficultés à en parler à leur médecin et craignent la réaction de leurs parents. Le milieu scolaire reste donc finalement le premier vecteur d’information et de prévention, y compris grâce au relais des infirmières scolaires ; tandis qu’il paraît difficile de faire le tri dans la profusion d’articles ou de forums présents sur la Toile. Par ailleurs, l’accès aux soins et à la contraception, que l’on soit lycéen, étudiant ou apprenti, demeure problématique, particulièrement dans les territoires ruraux ou tout simplement du fait d’un manque d’argent. Recourir à une contraception assumée et éviter les infections sexuellement transmissibles ne doit pas être exclusivement l’affaire des filles ! C’est ce que les participants aux ateliers s’accordent à dire même si les mentalités tendent à évoluer...

Cette vidéo illustre très bien la démarche de participation démocratique des jeunes à la vie Régionale initiée par le Conseil Régional Rhône-alpes.

Contraception/prévention : Fonder le dialogue avec les jeunes - Région Rhône-Alpes from Paul Bourdrel on Vimeo.

samedi, 05 mars 2011

Sexualité, contraception... Pour la 1ère fois, une Région donne la parole aux jeunes !

 

banniereRRA-1.jpg

« Mais comment on fait pour avoir des capotes gratuites ou prendre la pilule sans demander à ses parents ? Comment on fait pour obtenir de vraies réponses aux questions sur la sexualité et la contraception ? »

Dans le cadre de la concertation régionale sur l’accès à la contraception et la prévention des Infections Sexuellement Transmissibles, la Région Rhône- Alpes sollicite l’avis des jeunes (14-25 ans) sur Internet.

Le Conseil régional lance une enquête afin de mieux identifier les besoins et les difficultés des jeunes en matière de sexualité et de contraception. L’objectif est de mettre en place des actions qui leur facilitent la vie.


La consultation des jeunes se fait par le biais d’un questionnaire anonyme en ligne.


L’enquête est prévue sur quinze jours, mais pourra être prolongée d’une semaine en fonction du nombre de réponses.

mardi, 01 décembre 2009

Journée mondiale Sida

patent-pool.jpg

mardi, 24 novembre 2009

C'est le sida qu'il faut exclure, pas les séropositifs

Le Président de la Région Rhône-Alpes, Jean Jack QUEYRANNE, et sa vice-présidente en charge de la Jeunesse, Katia PHILIPPE ont participé à la campagne de Aides "Si j'étais séropositif"


si jt seropo.JPG

L'objectif de cette campagne:

  1. Rappeler au plus grand nombre que les personnes séropositives sont toujours victimes de discriminations qui nuisent notamment à leur état de santé.
  2. Sensibiliser le grand public avec des témoignages très forts pour susciter une réflexion et, à terme, favoriser un changement des comportements à l’égard des malades.
  3. Adresser aux personnes séropositives un message de soutien faisant part de leurs difficultés quotidiennes et les assurer de la mobilisation de la société.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu