Avertir le modérateur

lundi, 25 juillet 2011

Parlement Européen des Jeunes: cérémonie de clôture.

Reportage de France 3 Rhône-alpes.


Soir 3 France 3 Rhône Alpes par pejfrance

 

Reportage de TLM

 


TLM - Les jeunes parlementaires se penchent sur... par pejfrance

 

Voici le discours que j'ai rédigé pour mon élue.

 

Monsieur le Président du Parlement Européen des Jeunes,

Mesdames et Messieurs les délégués du Parlement Européen des Jeunes,

Mesdames, Messieurs, Cher-e-s ami-e-s,

Au terme de cette semaine de travail intense, je ne voudrais pas ajouter un discours trop long aux remarquables interventions qui m’ont précédé et avec lesquelles je tiens à exprimer mon accord.

Les débats, les échanges qui se sont succédés durant cette semaine ont parfaitement répondu aux objectifs fixés, et j’ai été frappée, par la richesse et la variété des interventions. Les résultats de vos travaux témoignent de la pertinence des différentes contributions et de la qualité des échanges qui ont été guidées, de mains de maître, par les chairs.

Je souhaite pour ma part remercier tous les participants ici, réunis pour la qualité de leur réflexion et pour avoir investi dans cette expérience beaucoup de leur temps. Je veux une fois de plus vous remercier pour votre présence nombreuse, studieuse et conviviale.

Je tiens à féliciter au nom du Conseil Régional, toute l’équipe qui a organisé cet événement. J’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer lors de la cérémonie d’ouverture lundi dernier, mais permettez-moi de saluer une nouvelle fois votre association qui agit ainsi à l'échelle européenne : votre engagement et votre expertise, l'Europe en a grand besoin pour être davantage à l'écoute de ses citoyens, à la fois plus accessible à chacun et plus efficace pour tous.

Lorsque l’on sait que nos concitoyens craignent l’avenir, qu’ils ne font plus confiance à l’Union européenne, qu’ils la croient bien éloignée des soucis quotidiens, il est vraiment important que les citoyens européens prennent la parole. Vous incarnez cette citoyenneté européenne, et contribuez à en faire une réalité plus concrète, plus vécue et plus agissante.

Vous avez débattu ces derniers jours sur des questions sociale, sociétale économique et politique essentielles, qui font partie de l’actualité européenne et internationale. Je souhaite de tout cœur, et je sais que cela a déjà été fait par le passé, que vos propositions soient entendues certes par le Parlement européen comme de véritables réponses législatives pour les politiques publiques européennes à venir mais aussi par toutes les institutions communautaires, les acteurs nationaux ou encore les pouvoirs locaux et régionaux.

Avec l'aide d'une démocratie européenne plus participative, nous regagnerons la confiance perdue. Nous le savons. Des politiques publiques, animées des meilleures intentions pouvaient rater leur objectif, ne pas atteindre ceux auxquels elles étaient destinées ou encore s'accompagner d'effets pervers non pris en compte à l'origine. Les expertises techniques et politiques sont nécessaires mais elles doivent pouvoir être croisées avec l'expertise citoyenne. La modernisation de l'action publique comme la revitalisation de la démocratie sont à ce prix. La démocratie participative n'est pas l'ennemie de la démocratie représentative mais son renfort, son complément et son aiguillon indispensable.

Je considère que l’engagement a une utilité sociale. C’est la seule manière de changer les choses, de faire avancer le monde. Une grande partie du progrès social, culturel est le fait de gens qui ont choisi de s’engager.

L’engagement est une affirmation de sa liberté. Jean-Paul SARTRE disait en substance que nous sommes condamnés à l’engagement comme nous sommes condamnés à être libres. Mais il ne faut pas oublier que le fait de s’engager, de faire le choix de s’engager est aussi une affirmation de sa liberté. On parle aujourd’hui de la fin de l’engagement. Je crois plutôt qu’il change de forme.

De plus, le discours médiatique, à force d’insister sur la fin des idéologies et du militantisme, sur l’affaiblissement des grandes organisations politiques, sur le repli individualiste et sur la versatilité des engagements, fait presque oublier que les personnes qui s’engagent le font généralement dans la durée.

Comme je le disais lundi dernier, il y a pour moi un profond hiatus entre la vision que porte la société sur la jeunesse et la réalité des valeurs, des ambitions et des inspirations des jeunes.

La jeunesse est engagée.

La société que nous voulons n’est pas celle du chacun pour soi, du tout consommation, du repli et, in fine, d’une certaine passivité.

Force est de constater que nous avons, eu, pendant une semaine une expression concrète de l’Europe citoyenne et sociale que nous appelons de nos voeux ! L’avenir de l’Europe repose très largement sur votre enthousiasme. Je souhaite que vous continuiez de mener avec pugnacité et ténacité ce beau combat, avec la détermination inflexible à l’image de celle de Jean MONNET, très tôt convaincu que « là où manque l'imagination, les peuples périssent ».

Alors avec le Parlement Européen des Jeunes, continuez à proposer vos idées, continuez à bousculer les habitudes, continuez à sortir des sentiers battus !

Je vous remercie pour votre attention.

jeudi, 21 juillet 2011

Parlement Européen des Jeunes: reportage de France 3


67è SI France 3 Rhone alpes par pejfrance

mardi, 19 juillet 2011

Parlement Européen des Jeunes: cérémonie d'ouverture avec Jeannette Bougrad, secrétaire d'Etat à la Jeunesse et à la Vie associative

 

Christophe_Deloys 266.jpg

Forte de son expérience acquise lors des sessions internationales de Paris (2006) et Rennes (2008), la France accueille du 14 au 24 juillet prochains la 67e Session internationale du Parlement Européen des Jeunes (PEJ).

Pendant 10 jours, 300 jeunes venus de 34 pays européens et ayant participé à des événements de l’association auparavant seront réunis pour débattre de sujets d’actualité.

Intégralement portée par des jeunes pour la plupart issus de la région Rhône-Alpes, la 67e Session internationale a pour particularité de mettre l’accent sur l’engagement des jeunes dans la société.

La Région Rhône-alpes apporte un soutien important à cette manifestation. L’exécutif régional les recevra d’ailleurs dans le tout nouvel hémicycle les 22 et 23 juillet prochain.

Le Parlement Européen des Jeunes a été fondé en 1987 à Fontainebleau. Il est aujourd’hui présent dans 34 pays européens (Union Européenne, Suisse, Norvège,

Turquie, Russie, Géorgie, Ukraine, Biélorussie, Croatie, Kosovo).

L’organisation s’est fixée le but de promouvoir la dimension européenne dans l’éducation et d’encourager la citoyenneté active des 16-25 ans à l’échelle du continent.

Pour ce faire, elle organise des sessions parlementaires au cours desquelles les lycéens et étudiants participants ont l’occasion de rédiger des résolutions rassemblant des propositions de réponse à un débat d’actualité. Près d’une centaine de sessions sont organisées chaque année en Europe aux niveaux régional, national et international dont la durée varie entre 1 et 12 jours mais qui se déroulent toujours sur le même modèle:

  1. dans un premier temps, les jeunes participe à un Teambuilding autour duquel des exercices de communication et de coopération dans le but de créer des équipes unies, fondées sur le respect, l’échange et la confiance.
  2. les jeunes sont ensuite invités à réfléchir en ateliers lors du Travail en commission pour débattre de leur sujet et rédiger une résolution, comme au sein d’une véritable commission du Parlement européen.
  3. enfin, l’ensemble des résolutions sont étudiées puis amendées et votées en Assemblée plénière.

Pour Jean-Jack QUEYRANNE : « La place des jeunes, vecteurs d’avenir et d’espoir, est au coeur des préoccupations de nos Régions. C’est donc tout naturellement que Rhône-Alpes a souhaité accueillir cette manifestation internationale qui promeut la dimension européenne dans l’éducation et encourage la citoyenneté des 16-25 ans.

Christophe_Deloys 272.jpg

Voici le discours que j’avais rédigé pour ma Vice-présidente à l’occasion de cette cérémonie d’ouverture.

Madame la Ministre,

Monsieur le Député-Maire,

Madame la Vice-présidente du Conseil Général de l’Isère,

Mesdames, Messieurs les élu-e-s,

Monsieur le Président du Parlement Européen des Jeunes,

Mesdames et Messieurs les délégués du Parlement Européen des Jeunes,

Mesdames, Messieurs,

Je suis particulièrement honorée d’être présente, ce matin, devant vous, à l’occasion de cette cérémonie d’ouverture de la 67ème Session Internationale du Parlement Européen des jeunes.

Je dois vous dire que j’ai été très sensible à votre invitation.

Vous êtes un des rares mouvements d’éducation populaire, animé uniquement par des jeunes, pour des jeunes, issus certes de milieux différents, de cultures différentes, d'aspirations différentes mais animés par un même idéal : impliquer la jeunesse dans la construction de l’Europe et prendre part à son développement.

L’Europe est complexe. Elle semble souvent lointaine et nous avons besoin de jeunes comme vous pour l’expliquer à d’autres jeunes.

Permettez moi aussi de remercier pour leur accueil les responsables de l’Institut d’Etude Politique de Grenoble.

C’est avec un plaisir sincère que je m’exprime devant vous dans cet amphithéâtre.

Au moment où la Région Rhône-alpes exerce la Présidence des Quatre Moteurs pour l’Europe, il était tout naturel pour nous de soutenir cette initiative et d’accueillir, en Rhône-alpes, aux côtés des délégués français, des jeunes venus de toute l’Europe.

Je veux donc souhaiter également la bienvenue aux quelques 300 jeunes européens que nous accueillons en Rhône-alpes et qui vont participer, cette semaine, aux travaux du Parlement Européen des Jeunes.

J’ai envie de vous dire que vous êtes ici chez vous, dans cette Région jeune et dynamique, dans cette Région ou la diversité est le maître mot, dans cette Région résolument tournée vers l’Europe.

Nous vivons aujourd’hui dans un monde de réseaux, où il faut que les uns et les autres dialoguent et construisent ensemble.

C’est avec la pleine conscience de cette exigence qu’avec mon collègue, Bernard SOULAGE, Vice-président en charge de l’Europe et des relations internationales, nous nous sommes engagés à vos côtés.

Nous savons que de vos discussions vont naître une fabrique démocratique.<<

De vos échanges, naîtront, nous n’en doutons pas, des initiatives originales et des propositions concrètes pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés et répondre aux grands enjeux auxquels l’Europe doit faire face.

Les institutions communautaires, les acteurs nationaux ou encore les pouvoirs locaux et régionaux ont besoin de vous, de votre expérience et de vos compétences.

Nous avons besoin de vous, car comme je ne cesse de le répéter, la Politique ne se fait plus en vase clos entre professionnels de la politique.

Alors continuez avec le Parlement Européen des Jeunes à proposer vos idées, continuez à bousculer les habitudes, sortez des sentiers battus.Christophe_Deloys 271.jpg

La participation démocratique des jeunes ne doit plus être une anomalie de notre Vie démocratique. C’est une force avec laquelle il faut compter.

La Région Rhône-alpes se devait donc de valoriser cet esprit d’innovation qui est le vôtre.

Souvent dans certains médias, dans certains milieux, on moque le désengagement, le manque d’implication, le manque de citoyenneté des jeunes.

Votre rassemblement, dans la tradition des grands rassemblements européens du Parlement Européen des Jeunes, démontre tout le contraire.

Vous êtes un symbole de l’engagement des jeunes et de leur volonté de construire une Europe plus juste.

Alors oui, vous avez eu raison de choisir comme fil conducteur pour cette session internationale l’Engagement.

Car vous le savez trop bien, il y a dans le discours ambiant autour de l’engagement des jeunes un véritable paradoxe.

D’un côté, le discours sur les jeunes qui ne veulent plus militer, qui ne s’engagent plus, qui refusent de prendre des responsabilités et de l’autre, incontestablement, une forte mobilisation des jeunes autour des sujets les plus variés.

Et aujourd’hui, dans cet amphithéâtre, nous en avons un exemple.

Je suis particulièrement admiratrice de vous voir si nombreuses et nombreux vous atteler à vouloir travailler pendant une semaine sur des sujets aussi complexes que la fiscalité ou encore la stabilité des secteurs bancaire et financier.

Je tenais à vous en féliciter.

J’ai lu avec un grand intérêt les thématiques des différentes commissions et les résumés des quinze sujets qui seront débattus en Assemblée Plénière.

Place des jeunes dans l’Europe, mobilité européenne, compétitivité, développement économique, développement durable, éducation à la sexualité, vous faites peu ou prou référence aux rôles déterminants des Régions alors qu’elles sont des acteurs de premier plan pour la construction Européenne.

Que ce soit un land (comme le Bade-Wurtemberg en Allemagne), une province (comme la Lombardie en Italie) ou une communauté autonome (comme la Catalogne en Espagne), les Régions participent, d’une manière ou d’une autre, à la construction de l'Europe d'aujourd'hui.

Elles sont souvent à la pointe dans de nombreux domaines clés.

Pour faire face au changement climatique, par exemple, les Régions n'ont pas attendu le sommet de Copenhague pour agir, mais ont déjà activement développé leur économie verte.

Les trois Régions que je viens de citer représentent à elles seules avec la Région Rhône-alpes 33 millions d'habitants et 8% du PIB de l’Union Européenne.

Les Régions jouent un rôle précurseur dans la construction européenne. Elles sont une véritable force économique et d’innovation sur le plan social et culturel.

De nos jours, et plus que jamais, dans un contexte de crise économique, et de défis écologiques considérables, il est nécessaire de revendiquer le rôle important de nos Régions en tant que forces vives de la construction européenne.

La croissance européenne dépend fortement du renforcement des pouvoirs et des actions des autorités régionales.

Gageons qu’à l’issu de vos réflexions, des propositions concrètes naîtront pour mieux reconnaître les Régions comme des acteurs et partenaires institutionnels incontournables.

Elle encourage les jeunes à s'ouvrir à l'Europe.

La mobilité permet aux jeunes de découvrir de nouveaux horizons, mais aussi d'élargir leur compréhension et de changer le regard qu'ils portent sur eux-mêmes, sur les autres et sur le monde

Accroître la mobilité des jeunes est un objectif essentiel pour notre Région.

Nous avons mis en place plusieurs programmes de mobilité adaptés à différents profils.

La Région Rhône-alpes ne cesse de réaffirmer l’importance du droit à une mobilité émancipatrice, pour construire une Europe ouverte sur le Monde, par l’éducation interculturelle et les échanges entre citoyens.

Nous avons voulu rendre cette mobilité accessible à tous en réduisant les obstacles financiers, juridiques et culturels.

Christophe_Deloys 266.jpgLa mobilité favorise l’apprentissage et l’acquisition de compétences sociales et l’exercice de solidarités collectives. Elle permet l’expérience du rapport à l’autre et au monde.

Et l’actualité nous donne d’ailleurs raison d’agir en faveur d’une plus grande mobilité des jeunes.

Car nous devons relever collectivement un défi. C’est la lutte contre le retour des nationalismes et du populisme, qui peut être un frein à la construction européenne.

La montée de forces mêlant nationalisme et populisme, à laquelle nous assistons en ce moment un peu partout en Europe, représente un risque mortel pour l’Europe.



Cher-e-s délégué-e-s du Parlement Européen des Jeunes,

L’Europe nous a toujours donné des raisons d’espérer. Dès son origine, elle a su réconcilier les populations et les convaincre de retrouver ensemble la prospérité.<

Je vous encourage à partager la confiance que vous avez en son avenir.

L’avenir de l’Europe repose très largement sur votre enthousiasme.

Goethe, Victor Hugo, et beaucoup d’autres grands écrivains et philosophes ont vu dans l’Europe l’aboutissement d’une nouvelle citoyenneté, plus haute, plus noble et plus accomplie.

Force est de constater que vous êtes réunis pour construire cette dynamique citoyenne.

La Région Rhône-alpes se devait d’encourager cet esprit de responsabilité qui est le vôtre.

Je vous souhaite à nouveau à toutes et à tous la bienvenue et pleine réussite à cette semaine.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une excellente semaine de rencontres et d’échanges, qu’ils soient intenses, vifs et fructueux.

jeudi, 30 juin 2011

Vision de l'Europe

Du 14 au 24 juillet prochain se tiendra la 67è Session internationale du Parlement Européen des Jeunes.  Elle rassemblera plus de 300 participants dans les villes de Grenoble, Lyon et Villard de Lans.

Alors que je recherchais des éléments de discours (les jeunes et l'Europe, le taux d'abstention), je me suis requestionné sur l'Europe, son rôle et ce que je veux pour Elle. Je me permets donc de mettre en ligne cette intervention d'Adrian SEVERIN, Député européen, ancien vice-Premier ministre et ancien ministre des affaires étrangères roumain.

Pendant les élections européennes, il m'avait vraiment impressionné par la force de son discours et par sa vision de l'Europe: une Europe plus juste, plus sociale et plus solidaire. Une Europe qui produise mais aussi qui protège.


Strasbourg : intervention d’A. Severin par PartiSocialiste

La France doit retrouver toute sa place au sein de l'Europe. L'Europe doit être un combat de toujours. Il faut proposer de vraies solutions, ambitieuses pour construire une Europe politique, qui place vraiment l’emploi, la croissance, l’éducation, le progrès social et environnemental au cœur de son ambition collective.

Une Europe qui intègre clairement ces objectifs et réaffirme avec force sa volonté de rassembler les peuples dans la solidarité, dans une communauté de valeurs fondée sur la dignité humaine et qui peut allier performance économique, haut niveau de protection sociale et respect de l’environnement.

Nous devons promouvoir des politiques publiques ambitieuses qui bénéficient à l’ensemble de la population européenne.

Si une grande majorité de nos concitoyens se déclarent toujours « fiers d’être européens », 55% ne reconnaissent plus dans l’Union européenne un niveau légitime d’action publique. Ils étaient 60% à ne pas aller voter lors du scrutin européen de 2009.

La crise financière, que nous traversons, révellent la promptitude de certains à prôner l’exclusion des plus faibles, au nom de l’intérêt des plus forts. D’où l’émergence ici ou là de nationalistes antieuropéens qui prospérent sur la remise en cause du principe de solidarité, principe fondateur du projet européen.

Rappelons-nous que ce projet européen a garanti la paix à notre continent depuis plus de cinquante ans. N’oublions jamais cet acquis arraché aux déchirements de l’histoire et à la folie des hommes. Il reste un modèle à suivre aux yeux de millions de femmes et d’hommes dans le monde.

Nous ne pouvons plus nous satisfaire d’une Europe vécue souvent par nos concitoyens comme une source de dérégulation, où la loi du moins-disant social régit les échanges. La construction du marché intérieur sans harmonisation fiscale ou sans définition des éléments de la protection sociale a conduit à une mise en concurrence inacceptable des territoires. Pour enrayer ce phénomène, qui sape les fondements du projet européen, priorité devra être donnée à des avancées sur le terrain de l’harmonisation fiscale, de la consolidation du modèle social européen, ainsi qu’à la définition de minima sociaux et à l’adoption d’une directive cadre pour les services publics et sociaux.

En 2012, Martine AUBRY sera la candidate du changement et défendra le mieux ce projet politique. "Vous le savez, c’est presque dans mes gènes" a-t-elle lancé le 27 juin dernier à la gare Saint-Sauveur de Lille.

Changer ici pour changer là-bas. Tout est dit et sera donc la conclusion de ce billet.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu