Avertir le modérateur

samedi, 15 décembre 2012

Pour l’Egalité maintenant, contre les discriminations tout le temps !

homoparentalité2.jpgLa proposition de loi sur « le mariage pour toutes et tous » est une très bonne occasion pour les réactionnaires d’occuper l’espace médiatique et la rue. Les homophobes, lesbophobes, transphobes et racistes sont à l’offensive.

Derrière des propos illusoirement et politiquement corrects, se cachent des accusations aussi affligeantes les unes que les autres. Tout y passe : de la polygamie à l’inceste, de la zoophilie au cannibalisme, du déséquilibre psychique qui s’abattra sur tous les enfants de France à l’annonce de la fin du Monde. Derrière leur revendication hypocrite « d’un débat sociétal apaisé », ils cachent une idéologie profondément conservatrice.

Ils veulent ériger en norme dominante le modèle hétéropatriarcal de la famille fondée sur le mariage à vie d’un homme avec une femme. S’obstiner à en faire le modèle obligé de « la société », voire de « l’humanité », revient à dénier le droit à l’existence et au bonheur de toutes les autres familles : monoparentales, pluri-parentales, recomposées, séparées, et homoparentales.

Les manifestations soit-disantes "pacifiques" contre le mariage pour tou-te-s, ont ouvert une brèche intolérable à l’homophobie et à la lesbophobie avec un impact direct et désastreux sur la vie des jeunes homosexuel-le-s.

Face aux attaques obscurantistes contre nos choix de vie, il n’y a aucun compromis possible !

Notre mobilisation doit aussi faire entendre nos revendications. Le projet de loi « mariage pour toutes et tous » ne prévoit toujours pas les mêmes droits entre couples de même sexe et hétérosexuels, notamment sur la filiation. Les droits des familles homoparentales ne sont pas couverts par ce projet de loi.

Des discriminations continueront de fragiliser les familles. Il est grand temps que l’hypocrisie cesse !

Il devient urgent, pour la sécurité des enfants, que la filiation soit établie entre les enfants et leurs parents par l’effet de la loi (présomption de parenté) mais aussi par reconnaissance volontaire : les enfants doivent être protégés dès leur naissance quelle que soit la situation conjugale de leurs parents, tout comme les couples hétérosexuels. Il devient urgent que toutes les femmes puissent bénéficier d’une Procréation Médicalement Assistée (PMA) en toute sécurité. Tous les couples, mariés ou non, hétérosexuels ou homosexuels, doivent pouvoir y accéder. Le projet de loi se doit enfin de définir et de mettre en place un statut du beau-parent qui profiterait à toutes les familles recomposées (homoparentales ou hétéroparentales)

Pour nous, il n’y a pas de concession possible. Nous continuerons à dénoncer ces discriminations et à soutenir les parlementaires qui déposeront des amendements dans ce sens. Ils ont ainsi une occasion historique de mettre fin à une discrimination institutionnelle insupportable et d’accorder enfin l’égalité des droits à tous les couples.

Plus que jamais, il est nécessaire d’être solidaires et de se mobiliser en faveur du mariage pour tou-te-s, contre la négation et la haine de l’autre.

lundi, 07 mars 2011

Ma première expérience de testing s'avère concluante

Dans la nuit du 5 au 6 mars dernier, j'ai participé à mon tout premier testing, organisé par l'association SOS Racisme Rhône à l'occasion de  la  nuit européenne du testing.

Comme je le disais dans mon précédent billet, ici, cette nuit européenne du testing était portée par le réseau The European Grassroots Antiracist Movement. Cette action a été déclinée, la même nuit, dans plusieurs villes d’Europe. Plus de 35 boites ont été testées positivement à travers toute l’Europe dont une sur Lyon.

A Lyon le testing s’est en effet révélé positif au Club le KGB (Lyon 7e). Deux groupes similaires composés de deux couples, se sont présentés à l’entrée de cette discothèque. Les couples étaient vêtus correctement et ne pouvaient se différencier que par leur origine réelle ou supposée.

Le premier groupe, susceptible d’être discriminé en raison de l’origine de ses membres, s’est vu refuser l’entrée de cette discothèque.

J'étais dans le second groupe qui est quant à lui rentré sans aucune difficulté.

Le videur n’a donné aucune raison particulière pour justifier son refus.

L'association, SOS Racisme Rhône, a dépose plainte contre cet établissement pour discrimination fondée sur l’origine et va se constituer partie civile. Et même si le Parquet de Lyon a l'opportunité des poursuites,  j'espère qu'il traitera cette plainte avec la célérité et la fermeté qu’elle requière.

Depuis plus de quinze ans, l’association SOS Racisme use de la méthode du testing pour mettre en évidence une discrimination ou l'existence d'un comportement discriminatoire. Ce mode de preuve en droit pénal a été reconnu grâce par un arrêt de la Cour de Cassation du 11 juin 2002 puis par la loi  n° 2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances et enfin par une circulaire du Ministère de la Justice datée du 26 juin 2006. Nous devons cette reconnaissance à l'association SOS Racisme.

Ce testing révèle, une fois encore, que tout le monde ne peut pas s'amuser de la même manière en France. Un résultat particulièrement inquiètant dans un climat de montée du racisme et des idéologies racistes en Europe . Un résultat qui illustre trés bien le sondage publié le 05 mars dernier par LeParisien.fr et qui donne Marine Le Pen, en tête des intentions de vote à l'élection présidentielle 2012.

Nous le savons trop bien. Les forces politiques populistes et d'extrême droite profitent de la crise économique et sociale pour gagner en influence.

Le nouveau conseiller politique de notre cher Président ne nous contredira pas.

 

dimanche, 06 mars 2011

Première nuit européenne du Testing

The European Grassroots Antiracist Movement – EGAM - conducts the first Europe-wide testing against racial discriminations


A European first

 

This night, the civil society European Grassroots Antiracist Movement – EGAM – has conducted the first Europe-wide testing against racial and ethnic discriminations.

In 14 countries, the activists have tested, all night long, the nightlife places in the main capitals and cities of Europe. In 15 cities, 35 nightlife places have been found discriminating. You will find the results of the testings, for each country, at the end of this press release.

Following weeks of preparation, coordination, and training sessions organized all over Europe, this first European Testing Night is only the beginning of a long-term Europe-wide campaign against racial and ethnic discriminations. The method being used, the testing, is a tool that was invented by the Civil Rights Movement in the US to fight racial segregation and later discriminations.

Starting with this first testing night, the European antiracist civil society will test the continent on a regular basis, in order to raise awareness on, and denounce the racial and ethnic discriminations that prevent parts of the European population from having just and equal access to housing, work, entertainment, etc.

The European political context favors the increase in racial discriminations

Although people are discriminated for different reasons in the different countries, the racial discriminations are a phenomenon on the rise all over Europe.

The European Testing Night takes place in a political context that favors this increase : the far right and populist political forces take advantage of the current economic and social crisis to gain influence, meet election success, enter parliaments, being sometimes a part of governmental coalitions or their irreplaceable support.

These political forces spread a racist ideology of exclusion and hatred against parts of their national populations, trying to impose on them a de facto domination on racial and ethnic basis.

With regards to this harsh political context, the European antiracist civil society is attached even more to the European dream of a continent free of racial and ethnic discriminations, where all citizens have equal rights, pursuant to legal regulations and in practice.

Europe is not at level with its aspiring values when it comes to fighting racial discriminations

Although good intentions are proclaimed, Europe does not take proper steps to confront this situation.

The European Testing Night was prepared and conducted with no institutional nor financial support from the European institutions, including, of course, EU institutions.

This is only one blatant example of the inability of these institutions to really tackle the problem of racial discriminations on the continent.

In particular, they do not provide enough support for the emergence of a real civil society, in relationship with, but independent from them, since they regard it too much as an extension of themselves.

Doing so, they prevent the voices of millions of citizens from being heard, and they do not provide Europe with the appropriate means to combat racial and ethnic discriminations.

To combat racial and ethnic discriminations, a strong and clear support to the European antiracist civil society is needed, now more than ever.

Activists’ security is at stake

In various countries, conducting the testings results in a serious threat to the personal safety of the testers and the institutional safety of the organizations.

We rely on the national and local authorities to pay a special attention to the personal and institutional protection of the EGAM Members and activists who have conducted the European Testing Night in their countries.

 

The European Testing Night was conducted by EGAM, whose Members are :

Mjaft! (Albania), ZARA – Zivilcourage und Anti-Rassismus-Arbeit & SOS Mitmensch (Austria), Kif Kif (Belgium), Youth Initiative for Human Rights (YIHR) – Bosnia (Bosnia), Bulgarian Helsinki Committee (Bulgaria), YIHR – Croatia (Croatia), SOS mod racism & Nordic Network Against Racism (Denmark), Estonian Institute for Human Rights (Estonia), Finnish League for Human Rights (Finland), SOS Racisme (France), ADNB & Karawanserei Toleranzin (Germany), Greek Forum for Migrants (Greece), TASZ – Civil Liberties Union & NEKI (Hungary), SOS Razzismo (Italy), YIHR – Kosovo (Kosovo), Latvian Center for Human Rights (Latvia), Moldovan Institute for Human Rights (Moldova), YIHR – Montenegro (Montenegro), Hi5 & Radar (Netherlands), Norwegian Center Against Racism (Norway), Open Republic & Never Again! (Poland), Romani Criss (Romania), YIHR – Serbia (Serbia), Ludia proti rasizmu (Slovakia), Ekvilib institute (Slovenia), SOS Racismo (Spain), Centrum mot rasism (Sweden), DurDe! (Turkey).

The action was conducted in partnership with national partners, including :

Roma Active (Albania), Center for Positive Integration (Denmark), HR local monitors (Romania), Regional Centre for Minorities & Novi Svet (Serbia), The Anti-Discrimination Bureaus of Eskilstuna, Kalmar, Karlstad, Norrköping, Uppsala and Örebro (Sweden).


European Testing Night – Results of the successful testings

 

Country

Cities

Names of the places tested

Organizations

Discriminations shown against

Albania

Tirana

Four (4) places : three (3) bars and one (1) restaurant were found discriminating.

For security reasons, the names will not be published.

MJAFT! Movement & Roma Active Albania

Roma

Belgium

Anvers

Velvet Lounge

Kif Kif

Arabic and African

Denmark

Copenhagen

Krasnapolsky

Center for Positive Integration & SOS mod racisme

The testers are citizens with backgrounds from Middle East (Turkey, Iran) and Africa (Somalia, South Africa)

France

Paris

Duplex

SOS Racisme

Arabic and African

Madame

Lyon

KGB

Besançon

Le Bristol

Germany

Dresden

Results to be confirmed

Karawanserei Toleranzin

Norway

Oslo

Buddha

The Norwegian Centre against Racism

The testers are Norwegian citizens, with backgrounds from Tanzania, Ghana, and Sri Lanka

Havanna

3 brødre

Poland

Warsaw

Mono Bar

Open Republic

Black

Klub Park

Enclava

Romania

Bucharest

Belaggio

Romani CRISS, Human Rights local monitors

Roma

Kultur House

Player

Cluj-Napoca

Janis

After

Craiova

Glitter

Club 300

Pubs

Botosani

1 place was found discriminating

Serbia

Belgrade

Mr. Stefan Braun

Regional Centre for Minorities

Roma

Spain

Bilbao

Big Ben

SOS Racismo Bilbao

Black & Arabian

Weekender

El Tres

Bongo Loco

Every

Divino Cielo

Galeon

La Otxoa

Sweden

Stockholm

1 place was found discriminating

Swedish Anti-discrimination Bureaus

Testers were from Middle Eastern backgrounds

lundi, 30 novembre 2009

L’Ecole doit être un rempart contre les discriminations

Je ne cesse de le répéter. Le combat contre les discriminations répond à une exigence quotidienne. Il passe par une véritable éducation à la citoyenneté et par une mobilisation de tous les acteurs de l’Education. Je veux juste dire que le fait de mener un travail avec le monde éducatif me paraît particulièrement pertinent. En effet, les questions d’orientation sexuelle demeurent encore largement taboues dans l’enceinte des écoles, des lycées et même de l’université. Je crois très sincèrement qu’au sein des établissements scolaires, nous devons veiller à ce que les insultes à caractère homophobes ne soient pas considérées comme acceptables ou anodines. Et puis réprimer ces atteintes à la dignité des personnes au même titre que les insultes racistes par exemple permettraient de montrer aux enfants et jeunes gens la gravité de ces propos et de faire tomber certains tabous.

Si l’on rit aussi facilement dans les écoles de ces boutades à caractère homophobe, c’est bien la preuve que du chemin reste à faire. La nécessaire évolution des mentalités dans ce domaine passera forcément par un travail de sensibilisation. Sur ce point, l’Éducation Nationale, en tant qu’Institution, n’a toujours pas engagé d’action décisive en matière de prévention des violences discriminatoires homophobes et transphobes. L’Education nationale est aujourd’hui la grande muette contre l’homophobie, malgré des initiatives personnelles isolées et des circulaires ministérielles qui ne sont pas appliquées par l’Administration, par manque de volonté politique affichée.

Nous devons donc saluer l’action des associations de lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre dans ce domaine et de réussir à mener ce travail nécessaire auprès des lycéens. La démarche engagée par ces associations vise à contribuer à la lutte contre l’homophobie et la transphobie, à lutter efficacement contre les préjugés et à faire évoluer les mentalités et les représentations.

Je connais bien les difficultés que rencontrent les associations (comme Contact ou encore SOS Homophobie) sur l’ensemble du territoire de Rhône-alpes. La plupart des collèges et des lycées restent fermés et hermétiques sur ces questions.

Mais ne vous trompez pas. Je ne jette pas l’anathème sur les équipes éducatives des établissements scolaires. Je le répète. Pour moi, toute la responsabilité de cet échec repose sur le manque de volonté politique du gouvernement dans ce domaine. Le travail du gouvernement sur cette question est d’un vide que l’on peut qualifier d’abyssal, et s’inscrit dans une politique beaucoup plus générale mise en œuvre par le gouvernement de casse du service publique.

Nous le savons. L’éducation subit de plein fouet les politiques gouvernementales et traverse une crise majeure, malgré tous les efforts de la communauté éducative, la mobilisation des parents, des lycéens, des étudiants et des collectivités territoriales. Rappelons-nous que dans l’Education nationale, l’Etat supprime des milliers d’emplois. Le budget 2010 prévoit ainsi 16.000 suppressions d’emplois. Depuis 2003, 45.000 postes ont été supprimés dans les établissements scolaires. Les conséquences de ces coupes budgétaires sont désastreuses : classes surchargées, enseignements et options supprimés, remplacements non assurés, recours aux emplois précaires.

A ces restrictions budgétaires s’ajoutent également des mesures régressives et dangereuses pour l’école publique :

  • la suppression de la carte scolaire qui se traduit selon un rapport récent de la cour des comptes par une ségrégation sociale et scolaire ; fichage des élèves ;
  • réforme de l’école élémentaire, du collège au lycée sur la base d’une refonte des programmes,
  • autonomie et mise en concurrence des établissements.

Nous l’avons compris. L’Ecole doit être le rempart contre les discriminations. Par conséquent, le gouvernement doit :

  • stopper la casse de l’Ecole publique ;
  • arrêter de toucher aux fondamentaux du service public national d’éducation et de formation ;
  • revaloriser les salaires ;
  • améliorer les conditions de travail ;

En clair, le gouvernement doit donner tous les moyens nécessaires pour offrir aux jeunes et aux enseignants un cadre idéal à la pédagogie du respect et à la lutte contre l’ignorance ;

La lutte contre les discriminations ou encore la défense des droits humains et des libertés publiques ne seront jamais une priorité du gouvernement, bien au contraire. Les coupes budgétaires prévues dans le projet de loi de finances 2010 pour réduire de façons considérables les moyens d’actions des autorités administratives indépendants chargées justement de la protection des droits et des libertés sont une excellente illustration :

  • La Halde : 650 000€ ;
  •  Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel : 1, 414 M€ ;
  • La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés : 308 000 € ;
  • La commission nationale consultative des droits de l’homme, la commission d’accès aux documents administratifs, le comité national d’éthique : 270 000€ ;

Allez zou, essayons de terminer ce billet par une pointe d'optimisme:

 

mardi, 24 novembre 2009

C'est le sida qu'il faut exclure, pas les séropositifs

Le Président de la Région Rhône-Alpes, Jean Jack QUEYRANNE, et sa vice-présidente en charge de la Jeunesse, Katia PHILIPPE ont participé à la campagne de Aides "Si j'étais séropositif"


si jt seropo.JPG

L'objectif de cette campagne:

  1. Rappeler au plus grand nombre que les personnes séropositives sont toujours victimes de discriminations qui nuisent notamment à leur état de santé.
  2. Sensibiliser le grand public avec des témoignages très forts pour susciter une réflexion et, à terme, favoriser un changement des comportements à l’égard des malades.
  3. Adresser aux personnes séropositives un message de soutien faisant part de leurs difficultés quotidiennes et les assurer de la mobilisation de la société.

 

 

mardi, 10 novembre 2009

Fichage Ethnique

Bonjour tout le monde,

 

Je vous invite à visionner ce reportage de M6 sur le fichage éthnique avec l'exemple de l'Office Public d'Aménagement et de Construction de Saint Etienne, Métropole Habitat:

 

Le fichage ethno-racial est depuis 1978 illégal et passible de 5 ans de prison et de 300.000 euros d'amende (personnes physiques) à 1,5 million d'euros (personnes morales).

La première condamnation pour le délit de fichage ethno-racial est intervenue en octobre 2008 à l'encontre du cabinet de recrutement d'hôtesses et d'agents de vente Daytona, condamnée à 5.000 euros d'amende. En appel, l'entreprise a été condamnée à 20.000 euros en juin 2009. Daytona avait établi un fichier désignant les origines de son personnel (5.000 vacataires) selon quatre «types»: européen blanc, maghrébin, africain et Dom-Tom, et asiatique.

Métropole Habitat, quant à lui, a été condamné en février 2009 pour fichage ethnique et discrimination. L'office utilisait entre mars 2003 et mars 2006 des fichiers ethniques pour répartir les locataires dans les immeubles, afin de "préserver un équilibre d'occupation, dans le cadre d'une politique de mixité sociale".

Cette décision rappelle que le fichage racial et ethnique est illégal et que les critères d’attribution ne peuvent être que sociaux.

Nous ne pouvons que nous en féliciter.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu