Avertir le modérateur

vendredi, 23 décembre 2011

Claude Guéant, "c'est l'extrême droite!" Guy Bedos.

La Région demande le retrait de la circulaire Guéant

Le Conseil Régional Rhône-Alpes demande au gouvernement le retrait de ce texte relatif à la maîtrise de l'Immigration professionnelle qui ne serait pas conforme à la tradition d'accueil des universités françaises.

La France est le troisième pays au monde le plus attractif en matière de choix d’études supérieures.

Notre pays peut s’en féliciter, car ce résultat prouve les qualités pédagogiques de nos Universités, à l’heure où nombreux sont ceux qui se complaisent à en décrire les faiblesses.

Mais cette volonté d’attirer les étudiants étrangers pour favoriser « l’excellence » de la recherche française s’oppose à la politique d’immigration

Où est la cohérence de la politique de ce gouvernement qui prétend vouloir le rayonnement de la France mais soit ferme ses universités et ses écoles aux étudiants étrangers soit force des diplômés étrangers de quitter notre territoire car ils n’ont pu obtenir le statut de salarié pour travailler en France.

Depuis plusieurs années, les entorses à la tradition d’accueil de la France et au droit d’étudier dans notre pays se multiplient.

Chaque année, les étudiants étrangers doivent faire face à une machine administrative implacable qui fait basculer des centaines d’entre eux dans l’irrégularité.

Les deux dernières trouvailles du Gouvernement sont formalisées dans deux circulaires. La 1er, qui date du 31 mai 2011, sest ignée conjointement par Claude Guéant et Xavier Bertrand et réconise de restreindre la possibilité aux étudiants étrangers diplômés de travailler en France. La seconde, qui date du 6 septembre, stipule que les candidats à un visa ou un titre de séjour étudiant doivent justifier de plus de 7680 € de ressources annuelles - contre 5400 € en 2010.

Rien ne justifie cette augmentation d’une année à une autre n’a aucune justification.

Nous aurions d’ailleurs aimé que le montant des bourses d’études françaises soit réévalué dans la même proportion. Je dis ça je dis rien.

Le ministre de l’intérieur a trouvé un moyen simple et efficace de réduire le nombre d’étudiants étrangers en France : la sélection sociale.

Par ailleurs, il est incompréhensible de pousser vers la porte les étudiants une fois diplômés. La France doit œuvrer pour que les étudiants étrangers puissent poursuivre leur cursus par une première expérience professionnelle sur notre territoire.

La circulaire du 31 mai a des conséquences lourdes pour le rayonnement culturel de la France et la compétitivité internationale de nos entreprises Les étudiants étrangers participent activement au rayonnement international de notre pays, à sa prospérité économique et à son dynamisme scientifique.

Et pour finir, permettez moi de vous rappeler que les étudiants étrangers souffrent, en France, d’une triple précarité :

  1. précarité sociale, car le système d’aide sociale n’offre que des aides très limitées aux étrangers en terme de bourses ou de logements ;
  2. précarité pédagogique ensuite, en raison de la faiblesse des dispositifs pour apprendre la langue ;
  3. précarité administrative enfin, en raison de la lourdeur et de l’incertitude des démarches administratives pour obtenir les titres de séjour ou le statut de salarié.

A la suite de la circulaire Guéant, de nombreux diplômés étrangers, dont certains très qualifiés, n'ont pas pu obtenir un changement de statut (d'étudiant à salarié), un sujet d'inquiétude pour universités et grandes écoles. Une centaine de personnalités, dont le prix Nobel de Physique Albert Fert, ont notamment lancé une pétition demandant "le retrait" de cette circulaire.

 Signé d'ailleurs la pétition: "L’université est universelle, notre matière grise est de toutes les couleurs !" ici

L'humoriste Guy BEDOS a donc un peu raison, lorsqu'il dit sur les ondes de R.M.C que Claude Guéant, c'est "l'extrême droite!"

 

jeudi, 06 octobre 2011

éducation à la sexualité : poursuivons le dialogue, la démarche de participation démocratique des jeunes de la Région Rhône-alpes

Dans le cadre d’un plan d'actions autour de l’éducation à la sexualité, la Région Rhône-Alpes est venu à la rencontre des jeunes entre le 18 mars et le 12 mai 2011.

Parce que la prévention des grossesses non désirées et l’information concernant les infections sexuellement transmissibles sont des enjeux majeurs de santé publique, il est nécessaire d’impulser une nouvelle phase d’information et de prévention en direction de la jeunesse. Un premier niveau de concertation s'est déroulé de novembre à fevrier sur cette thématique avec 80 personnes issues notamment des collectivités et des associations. Des jeunes ont aussi participé aux ateliers qui ont permis de poser des constats partagés autour de la sexualité des 16-25 ans. Franchir le pas

Si des actions d’information sur l’éducation à la sexualité existent déjà, un bon nombre de jeunes éprouvent des difficultés à en parler à leur médecin et craignent la réaction de leurs parents. Le milieu scolaire reste donc finalement le premier vecteur d’information et de prévention, y compris grâce au relais des infirmières scolaires ; tandis qu’il paraît difficile de faire le tri dans la profusion d’articles ou de forums présents sur la Toile. Par ailleurs, l’accès aux soins et à la contraception, que l’on soit lycéen, étudiant ou apprenti, demeure problématique, particulièrement dans les territoires ruraux ou tout simplement du fait d’un manque d’argent. Recourir à une contraception assumée et éviter les infections sexuellement transmissibles ne doit pas être exclusivement l’affaire des filles ! C’est ce que les participants aux ateliers s’accordent à dire même si les mentalités tendent à évoluer...

Cette vidéo illustre très bien la démarche de participation démocratique des jeunes à la vie Régionale initiée par le Conseil Régional Rhône-alpes.

Contraception/prévention : Fonder le dialogue avec les jeunes - Région Rhône-Alpes from Paul Bourdrel on Vimeo.

samedi, 26 mars 2011

Le projet haineux et raciste du Front National ne doit pas être le gagnant de cette élection cantonale.

SOS Racisme Rhône-Alpes condamne le comportement d’Alexandre GABRIAC, candidat du Front national dans le canton 6 de Grenoble et présent au second tour ce dimanche.

Révélé aujourd’hui par le Nouvel Observateur, on y voit cet élu F.N du Conseil Régional en train de faire le salut hitlérien devant un drapeau portant la croix gammée, aux côtés d'un jeune homme au crâne rasé.

Alexandre GABRIAC montre le vrai visage du parti de Marine Le Pen : un parti viscéralement gangrené par le racisme et l’antisémitisme au point que ses membres ne semblent pas hésiter à se mettre en scène devant un drapeau nazi.

Alexandre GABRIAC est ainsi le porte-parole d’un parti nostalgique du nazisme et de ses méfaits.

 

C’est au regard de la nature profonde de ce parti, une fois de plus révélée, que le front républicain doit être une exigence politique et éthique vis-à-vis de laquelle les partis politiques ne peuvent pas mégoter.

Entre les valeurs de la République et le Front National, il existe une frontière par nature infranchissable.

SOS Racisme Rhône-Alpes appelle tous les citoyen-ne-s à aller voter, à faire barrage au Front national en donnant leurs voix aux candidats républicains.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu