Avertir le modérateur

vendredi, 13 janvier 2012

Manifestation des Jeunesses Nationalistes le 14 janvier

Monsieur le Préfet,

[…] nous nous permettons de vous écrire […] pour vous signifier le mécontentement de SOS Racisme Rhône quant à votre décision concernant le parcours de la manifestation organisée par le collectif de Vigilance 69 contre l’extrême-droite et dont est membre l’association.

Lors de notre rencontre, vous nous aviez signifié que vous ne pouviez interdire une manifestation qui n’a pas pour mot d’ordre, l’appel à la haine. Position auxquelles nous ne pouvons qu’adhérer en tant qu’association républicaine attachée aux libertés fondamentales.

En revanche, nous ne comprenons pas votre décision d’autoriser les Jeunesses Nationalistes à traverser les rues du quartier de St Jean. Au regard du contexte actuel, cette décision administrative prend une tournure politique. Elle peut s’assimiler a une reconnaisse officielle de la part des services de l’Etat que le Vieux Lyon est une chasse gardée de l’extrême-droite.

En effet, le collectif de vigilance avait accepté de modifier son parcours - un passage était prévu initialement dans les rues de ce quartier - afin de permettre à vos services de séparer les deux cortèges. La condition était que les "troupes" de Gabriac ne puissent pas s’y rendre. Par ailleurs, nous vous avions transmis un certain nombre d’éléments qui montraient que les nervis de l’extrême-droite lyonnaise faisaient un point d’honneur à faire de St Jean « leur » territoire. Les habitants et les commerçants du quartier vivent et travaillent avec la peur de se faire agresser et sous les démonstrations de forces des néo-nazis. Et, après avoir déjà subit la « marche des cochons » et les violents dérapages qui ont suivis au mois de mai 2011, ils vont devoir endurer les dérives de cette nouvelle mobilisation.

Nous tenons par ailleurs à vous faire part de nos inquiétudes aux sujets de l’après manifestation. En effet, il est assez rare que les mobilisations « officielles » de l’extrêmedroite connaissent des actes de violences et d’appel à la haine, ces dérapages ont lieux systématiquement après. […]

s.

lundi, 09 janvier 2012

Soins funéraires pour les séropos: les associations exigent des garanties politiques de Nora BERRA

Mobilisées contre l'interdiction des soins funéraires pour les personnes qui vivaient avec le VIH et/ou une hépatite virale, nos associations enverront des représentantEs à la réunion qui a été organisée à notre demande demain par la Direction Générale de la Santé, et qui doit aborder la question.

L'annonce de cette réunion nous laisse cependant dubitatif-ves:

  • Le ministre Nora BERRA n'a pas répondu à notre demande et se défausse sur son administration. En laissant la DGS seule, et non son cabinet, organiser cette réunion, le ministre voudrait faire croire que le problème se limiterait à la mise en place d'une expertise. Or, scientifiques, associations et professionnelLEs du funéraire sont unanimes : l'interdiction des soins pour les séropos est une absurdité scientifique, une discrimination et une violence pour les mort-es et leur entourage, un encouragement à prendre des risques pour les thanatopracteurs. Une nouvelle série de concertation d'expertise technique est inutile.
  • Demandée depuis des mois, cette réunion ne se tient qu'à la suite de la pression associative, et de la médiatisation du scandale que représente l'interdiction des soins funéraires pour les séropos. Nos associations ont par exemple reçu l'invitation au moment même où l'AFP annonçait le rendez-vous de travail. Qu'en déduire de l'intérêt que portent le ministre et les responsables de son cabinet à une telle discrimination ?
  • Nos associations n'ont été consultées ni sur la date, ni sur l'horaire de cette réunion. Comme si nous étions immédiatement disponibles. Il y a parmi nous des bénévoles qui ont un emploi ailleurs que dans la lutte contre le sida ; il y a des malades qui ont des rendez-vous médicaux. Le principe de base de la démocratie sanitaire est de s'assurer de la disponibilité des personnes à qui on fixe un rendez-vous.

Nous demandons donc à Nora BERRA de se prononcer publiquement pour la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les personnes qui vivaient avec le VIH et/ou une hépatite virale. Nos associations ont suffisamment montré leur volonté de dialogue et leur expertise. La preuve a été faite que cette interdiction doit être levée : le problème est politique, et non technique.

La façon dont on traite, ou maltraite les morts, est aussi un critère d'évaluation d'une politique, et à quelques mois d'échéances électorales, nous saurons le rappeler dans les débats de campagne.

jeudi, 22 décembre 2011

Affaire du député britannique filmé à une soirée nazie (suite)

Selon le Dauphiné LIBÉRÉ, Le Parquet d'Albertville vient d'annoncer l'ouverture d'une enquête préliminaire:

  1. Pour André PLAISANCE, le maire de Saint-Martin de Belleville, dont dépend la station de Val Thorens: “J’ai appris ça à midi aujourd’hui (hier, ndlr), j’affirme que je n’étais pas du tout au courant de ces faits que je condamne fermement, sans réserves. Ils sont inqualifiables !" (...) "condamne avec la plus grande fermeté ce type de comportement, contraire aux valeurs de Val Thorens". 
  2. Selon Julien ANDREZ, avocat de l’établissement hôtelier Le Val Thorens (le restaurant La Fondue en fait partie) "nous devrions porter plainte pour incitation à la haine raciale et apologie de crime contre l’humanité. Nous pourrions nous constituer partie civile en cas de préjudice direct avéré. Mais rien n’est encore finalisé"(...) "le responsable du restaurant a tenté d’empêcher l’homme en uniforme de rentrer" (...) "Après lui avoir fait enlever les signes nazis les plus visibles, l’individu a pu pénétrer dans l’établissement avec 10 autres personnes. Le personnel a été exemplaire. Il a fait le maximum. À l’intérieur, c’est devenu rapidement ingérable"
  3. Pour la Station de Val Thorens, en tant qu'entité administrative :"ne pouvait être informée de cette soirée privée, puisqu'elle ne suscitait aucune demande d'autorisation ou d'organisation spécifique, et ne saurait être tenue comme responsable de tels agissements" (...) "la station ne peut que regretter ces agissements de personnes isolées et privées et qui peuvent malheureusement se produire n'importe où sur le territoire. La station ne peut que condamner, avec la plus grande fermeté ce type de comportement, y compris dans la sphère privée. Ces attitudes et ces conduites sont totalement contraires aux valeurs de Val Thorens"

Grosso modo, comme l'établissement hôtelier et la Station de Val Thorens, ont les miches à zéro, l'affaire prend rapidement une tournure judiciaire.

Et l’affaire pourrait avoir des suites puisque il est interdit, en France, de porter un uniforme nazi ou de faire l’apologie du IIIe Reich.

SOS Racisme Haute-Savoie a ainsi déposé plainte pour "apologie de crime de guerre ou contre l'humanité", "incitation à la haine raciale" et "port d'uniforme et d'insigne d'une organisation criminelle contre l'humanité" à l'enccontre du député, de son ami costumé en uniforme nazi ainsi que "contre toute personne que l'enquête fera connaître en suite des infractions commises" dans le restaurant le 3 décembre.

La virée dans les Alpes aura couté au député son poste de chargé de mission. Conclusion:les amis peuvent couter cher.

mercredi, 21 décembre 2011

"Un député britannique pris en flagrant délit de... soirée nazie" France Info.

Aidan BURLEY s'est vu retirer sa fonction de chargé de mission auprès du secrétaire aux Transports. Pas sûr que cela suffise : le Premier ministre en personne a ordonné une enquête. Les "profonds regrets" du principal intéressé, publiés sur son compte Twitter, ne changeront rien. Et en France, SOS Racisme a annoncé son intention de porter plainte

Réaction de SOS Racisme (par mon pote Hamdy)

Un député Britannique conservateur, Aidan BURLEY, nostalgique de l’époque Nazi

Le 03 Décembre dernier, le jeune député tory, Aidan BURLEY a participé à une soirée dans un restaurant de Val-Thorens ou manifestement certains de ses amis semblaient être très nostalgiques de l’époque Nazi.

 

neo-nazi_medium.jpgUne photographie et une vidéo montrent ce député lors de cette soirée au cours de laquelle l’un de ses amis, Mark FOURNIER, 34ans, a été photographié en train de faire le salut nazi déguisé en Officier SS.

Ce groupe d’individus s’est mis a chanté « Mein Fuhrer! Mein Fuhrer! Mein Fuhrer!, Himmler! Himmler! Himmler! Eichmann! Eichmann! Eichmann! » Puis, l’un des participant a porté un toast au troisième Reich. Enfin, ils s’en sont pris à un serveur du restaurant lui reprochant « d’insulter le Reich » et d’être français.

Plusieurs voix s’élèvent pour demander à David CAMERON de « virer » Aidan BURLEY, dont l'association SOS Racisme.

 

 

Retrouvez deux articles un du Daily Mail "Tory MP at 'Nazi chant stag party' makes SECOND apology as he battles to save his job" ici et un autre de The Telegraph "Tory MP Aidan Burley ‘extremely sorry’ over Nazi themed stag party" ici

Retrouvez la biographie d'Aidan BURLEY sur le site internet du Parti Conservateur britannique (The Conservative Party) ici

 

 

mardi, 20 décembre 2011

Appel à témoin : les spectateurs du groupe SNIPER « pris pour cibles » par des militants d’extrême droite.

Le communiqué de presse de SOS Racisme Rhône est disponible ici: CP Concert Sniper 18-12-11[1]-5.pdf

SOS Racisme Rhône et la Maison des potes de la Loire dénoncent avec la plus grande fermeté les agressions qui se sont produites ce samedi 17 Décembre devant le Ninkasi Kao à Lyon lors du concert du groupe de rap « SNIPER ». De nombreuses personnes ont assisté à cette agression, nos organisations lancent un vaste appel pour retrouver ces témoins.

En marge du match de football OL-Evian, une quarantaine de militants d’extrême droite se sont regroupés devant la salle de concert avec une banderole « La France, tu l’aimes ou tu rentres au bled ». Outre la provocation xénophobe de cette banderole, des agressions physiques et verbales ont été menées à l’encontre des spectateurs du concert présents sur place. Ainsi des bouteilles, des pétards mais aussi des barrières de sécurité ont été lancées sur le public. Selon plusieurs témoignages, les forces de l’ordre présentes ce soir-là pour le match qui avaient pourtant anticipé le risque d’agression ont mis plusieurs dizaines de minutes à réagir. Ils ont ainsi obligé les agents de sécurité du Ninkasi à intervenir seuls et ont surtout laissé le champ libre aux agresseurs.

Cette manifestation s’inscrit parmi de nombreuses autres actions non revendiquées que connaît actuellement Lyon. Elles sont systématiquement violentes et rassemblent les membres des différents groupuscules d’extrême droite présents sur Lyon. Cette manifestation fait non seulement écho à la campagne menée par le mouvement des Identitaires contre le groupe de rap « Sniper », mais également à la présence des néo-nazis du Bunker Kops à Gerland. Les membres de ces deux groupuscules fréquentent régulièrement les groupes de supporters de l’OL.

Nos organisations demandent à l’Olympique Lyonnais, aux groupes de supporters, à la Préfecture du Rhône mais aussi à la Ville de Lyon, propriétaire du stade de Gerland, de prendre conscience de la gravité de la situation lyonnaise et de mener les actions nécessaires pour éradiquer ces actes racistes du stade et de ses alentours.

Nous lançons un appel à témoin afin de faire progresser rapidement l’enquête. Nous invitons toutes les personnes témoins et/ou victime de cette agression à apporter des informations en nous contactant par téléphone au 04 78 75 01 38 ou en envoyant un courrier électronique à l’adresse suivante rhone-alpes@sos-racisme.org. 

Témoignage d'un jeune qui était présent ce soir-là:

 

"Je souhaite témoigner d'un acte de racisme qui a touché plusieurs personnes. Je m'appelle XXXX, j'ai 18 ans et je suis d'origine algérienne. Samedi soir dernier, à Lyon, plus précisément à la salle du Kao, au Ninkasi Gerland, se produisait mon groupe de rap préféré, à savoir Sniper. Il y'avait beaucoup de monde à Gerland ce soir là, mais pas que pour Sniper. En effet, il y'avait également une rencontre de football qui opposait l'OL à Evian. Lors de l'attente pour le concert, tout se passait bien, les gens parlaient et rigolaient entre eux, et il y'avait une bonne ambiance comme dans toute file d'attente de concert. Mais vers 19h30, un groupe de supporter lyonnais (qui étaient facilement reconnaissable grâce aux écharpes et vêtements de l'OL), sont venus près de nous et ils se sont montrés très menaçant. Ils étaient une quarantaine, ils nous ont insultés, nous ont dit que nous n'avions pas notre place en France et que nous avions trahis notre pays. Ils ont arborés fièrement une grande banderole où étaient inscrit cette phrase : "La France, tu l'aimes ou tu rentres au bled". Personne n'a répliqué dans la file d'attente car nous étions venus voir un concert et personne ne voulait gâcher sa soirée. Mais il a fallu de quelques regards de dégoûts pour qu'ils se montrent encore plus violent. Ils ont urinés dans des bouteilles de vins et nous les ont lancés violemment (j'ai moi même esquivé une bouteille qui allait finir en plein dans mon visage), ils nous ont crachés dessus, ils nous ont jetés des pétards et des fusées, ils ont même jetés des barrières de sécurités. Ils ont même agressés une femme voilée qui ne faisait que passer. J'ai été terriblement choqué de toute cette haine gratuite. Ce n'est pas la première fois que de tels actes racistes arrivent à Lyon et par ce mail, je vous fais part de mon ras le bol. Je suis français, je suis né en France, j'aime ce pays et je le respecte. De nombreuses personnes étaient des français "de souche" dans le concert. Je regrette un manque d'intelligence de leur part qui fait qu'aujourd'hui peu de monde aime à vivre en France. Je m'appelle XXX, j'ai 18 ans, et je suis d'origine algérienne. Et j'aime la France mais j'ai l'impression qu'elle ne m'aime pas"

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu