Avertir le modérateur

lundi, 18 juillet 2011

Une mandature pour un nouveau pacte républicain et démocratique

En octobre prochain, aura lieu le Congrés national de SOS Racisme. J'ai décidé de soutenir la candidature d'Amar THIOUNE.

Sa déclaration de candidature.

A la veille de la présidentielle de 2012, le prochain congrès de SOS Racisme ne peut se réduire à un bilan intermédiaire car il est important de donner un nouveau souffle à notre association. Il devient donc impératif de faire le bilan et cela depuis la présidence de Dominique SOPO en juin 2003 soit presque dix ans !

Le Bilan du Bureau national sortant et de son Président Dominique Sopo est louable, l’association a survécu à la montée des peurs, les émeutes urbaines et les réductions drastiques de subventions. Ce travail qui a été possible grâce à l’ensemble des salariés et des militants de l’ensemble du territoire doit être amplifié par une ligne politique claire.

Le passage de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002, l’échec de la gauche, et l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 sont autant d’échecs pour le camp antiraciste. Echec parce que n’ont n’avons pas réussi à maintenir notre camp majoritaire dans les urnes et échec parce que nous n’avons pas réussi à peser dans le débat public.

Pour un nouveau pacte républicain antiraciste

On ne peut être républicain sans être antiraciste.

L’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de notre pays a fait exploser le camp républicain, il a personnellement et avec violence, piétiné à de nombreuses reprises les principes républicains: Roms, banlieues, laïcité, musulmans… SOS Racisme qui avait été l’initiateur du cordon sanitaire a essayé récemment, en vain, de riposter à ces nombreuses attaques (test Adn, touche pas à ma nation, 30 000 expulsions c’est la honte,…), quand la gauche, elle limite son action à dénoncer ces dérives.

Si nous ne voulons pas rester dans cette position de spectateurs nous devons comprendre pourquoi, ces dernières années, le camp antiraciste réagit, dénonce, s’indigne mais sans jamais réussir à imposer sa vision pourtant majoritaire du vivre ensemble.

Nous devons utiliser ce congrès pour faire notre introspection et attaquer la campagne présidentielle, dans un nouveau dynamisme, pour faire de l’Egalité une réalité.

Nous devons reconstruire un front républicain avec l’ensemble des forces politiques, associatives et syndicales de ce pays. Ce front républicain ne peut exister par de simple déclaration entre deux tours d’une élection, mais il devra bien exister de manière pérenne. Il s’agira ainsi d’écarter la droite populaire du camp républicain en incitant notamment la droite républicaine et les centristes à se positionner. Nous devons refaire de l’antiracisme, un repère de notre société, un point de clivage opposant le camp républicain au camp antirépublicain.

Nous devons mener une bataille contre le Front National.. Les résultats des dernières cantonales et les exemples des extrêmes droites des autres pays européens (Italie, Belgique…) montrent que nous aurions tort de prendre ce problème à la légère. A moins d’un an de la présidentielle nous n’avons toujours pas mis en place de stratégie pour contrer l’ascension de Marine Le Pen et de son parti. Il est donc urgent de s’y atteler. Il s’agit ici, de contrer la stratégie de dédiabolisation entreprise par Marine Le Pen en montrant le vrai visage du Front national, de par ses membres, son histoire et ses propositions. La lutte contre l’antisémitisme et les logiques de boucs émissaires doivent être de nouveau notre priorité.

La jeunesse qui n’a pu voter en 2002, a su se mobiliser massivement contre le Front National, elle saura à nouveau le faire avec les nouvelles générations si nous lui en donnons l’occasion.

C’est pourquoi nous devons dès septembre, mobiliser la jeunesse et lui demander de s’engager avec nous pour battre le Front National.

Nous devons récupérer l’étendard de la laïcité qui a été usurpé par des militants d’extrême droite qui sous prétexte de laïcité, en profitent pour insulter les musulmans et les étrangers. Ce n’est ni l’extrême droite, ni les ancêtres de Claude Guéant qui en 1905 se sont battus pour imposer la séparation de l’église et de l’Etat. Il devient urgent de démonter les fantasmes que ces individus essayent de créer autour des musulmans.

Pour un nouveau pacte républicain faisant de l’égalité une réalité

Un des principaux objectifs doit être la clarification sur les enjeux d’égalité, concept qui est terni par le concept de diversité. Nous devons combattre avec force le communautarisme et les tentations de discriminations positives. La question de l’éducation devra être au cœur de la reconquête des quartiers. Une nouvelle politique migratoire respectueuse de la dignité humaine et de la liberté de circulation doit être imaginée.

Pour un nouveau combat antiraciste, dynamique et mobilisateur de la jeunesse

L’enjeu pour SOS Racisme est de redevenir une association de mobilisation de la jeunesse. Notre association doit être en capacité de redonner de l’enthousiasme, de créer des rapports de force, de redevenir majoritaire dans l’opinion publique et de faire reculer, y compris dans les urnes, les idées de ceux qui, depuis cinq ans, s’en prennent aux immigrés, aux jeunes, prospérant sur les mauvaises blagues et les mauvaises lois.

SOS Racisme doit donner à la jeunesse et aux citoyens l’envie de s’engager. Les mouvements de jeunesse qu’ont connus l’Espagne et la Grèce ces dernières semaines, renommés « mouvement des indignés » doivent nous donner à réfléchir. Si la situation économique de la France n’est pas la même que ces deux pays la situation politique est assez proche. Dans les deux cas, ces jeunes dénoncent les partis de gauche au pouvoir qui n’ont pas pris en compte les besoins de la jeunesse, ni des plus défavorisés. SOS Racisme doit réussir à capitaliser les aspirations des citoyens et s’assurer que les responsables politiques les prennent en compte afin de donner envie de s’engager.

SOS Racisme doit être un contre pouvoir réel et efficace. Parce que le combat antiraciste est éminemment politique et que le gouvernement actuel a été le plus virulent contre le vivre ensemble.

SOS Racisme doit être une association de terrain beaucoup plus présente au quotidien sur tout le territoire. Nous devons retrouver le dynamisme d’il y a quelques années en arrière, ou plus de 80 comités existaient. Nous devons reconstituer un réseau sur l’ensemble du territoire, recréer de nombreux comités en ayant une véritable équipe et un véritable suivi. Nous devons recréer une nouvelle dynamique visant avec nos associations potes, à rassembler de nombreuses associations de quartiers dans toute la France.

A nouveau programme, nouvelle dynamique, nouvelle équipe !

Parce qu’à quelques mois de la campagne présidentielle il est urgent de lancer une nouvelle dynamique à SOS Racisme afin de pouvoir peser dans le débat public. Cette campagne qui s’annonce difficile permettra de faire émerger de nouvelle ligne politique, mais aussi de nouvelles figures.

C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une nouvelle équipe renouvelée, représentative de notre mouvement, capable de porter cette nouvelle dynamique, laissant tant sa place, aux comités de toute la France, qu’aux associations partenaires de SOS, tout en passant par les anciens de SOS et les intellectuels, professionnels de nos questions.

A nouveau programme, nouvelle dynamique, nouvelle équipe !

Pour relever tous ses défis, plusieurs conditions s’imposent à nous :

  1. pas de personnalisation de la gestion de SOS Racisme et priorité à une direction et un fonctionnement collectif et démocratique;
  2. Il faut des énergies nouvelles et renouveler les cadres en renforçant notamment les secteurs de construction;
  3. Il faut former de nouveaux militants pour que rapidement ils puissent à leur tour exercer des responsabilités;
  4. reconquérir les quartiers et tous les territoires délaissés notamment en renouant des partenariats avec les associations présentes sur le terrain.

Militant depuis plus de dix ans à SOS Racisme, mon engagement m’a conduit à assumer diverses responsabilités (Président d’un comité local, membre du Bureau national, Responsable province et aujourd’hui trésorier). Fort de ces expériences, je souhaite m’investir afin de rendre possible la réalisation de ces objectifs.

C’est pour cela que je prends mes responsabilités, dans ce contexte inquiètant de montée de la xénophobie et de libération de la parole raciste en lien avec celles et ceux qui sont motivés pour redonner fierté à SOS Racisme, à l’antiracisme et surtout à l’immense majorité de françaises et français qui rejettent les extrémistes qu’ils soient politiques, religieux ou ethniques.

Ce texte est la première pierre du débat ouvert pour notre congrès, nous aurons ensemble à proposer une nouvelle orientation et équipe.

AMAR THIOUNE

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu