Avertir le modérateur

dimanche, 17 juillet 2011

14 juillet: SOS Racisme attire 800 000 personnes.

Près de 800 000 personnes ont assisté le 14 juillet au soir au concert de SOS Racisme, le premier depuis près de dix ans pour cette organisation fondée en 1984 avec le soutien de . Ce «concert pour l’égalité», porté par des vedettes bénévoles comme , , Pascal Obispo, Michel Delpech ou l’ivoirien Tiken Jah Fakoly, a d’abord été une grande fête sur le Champ-de-Mars, en prélude au traditionnel (mais superbe) feu d’artifice.

« Je ne m’attendais pas à chanter ma nouvelle chanson devant 800 000 personnes », confiait, épaté, Michel Delpech, un vieux « pote » de SOS Racisme.

Le pari pris par Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, était loin d’être gagné. «Je l’avais mis en garde, raconte Julien Dray, fondateur de SOS Racisme et député PS de l’Essonne. Je lui avais dit attention, tu vas de planter. Mais il a mis une telle énergie personnelle là dedans qu’il a réussi son coup au-delà de tout ce qu’on pouvait imaginer ». « La France Black-Blanc-Beur était au rendez-vous », se félicite Fodé Sylla. L’ancien et emblématique président de SOS Racisme est monté sur scène pour féliciter Sopo après son discours. « SOS vit, SOS vivra », a alors lancé Sylla à la foule qui a repris en chœur ce slogan. « Pour toute une génération comme la mienne qui a grandi avec pour seul souvenir politique le 21 avril 2002, c’est enfin une grande bouffée d’oxygène », raconte une jeune militante, membre du comité exécutif de SOS Racisme.

Toute la gauche politique a d’ailleurs tenu à s’afficher sur le Champ-de-Mars. Eva Joly, la candidate des écologistes est passée humer l’air de ce grand rassemblement populaire. Même Fadela Amara, l’ex-présidente de «Ni Pute ni soumise» et ex-secrétaire d’Etat du gouvernement Fillon était là.

François Hollande et Martine Aubry, les deux champions de la gauche depuis la mise à l’écart de Dominique Strauss-Kahn, ont fait un passage remarqué. Arrivé plus tôt, Hollande (qui est aujourd’hui au festival des Vieilles Charrues en Bretagne), est resté une bonne heure « back stage » à écouter et saluer les artistes. Martine Aubry, accompagnée de son époux Jean-Louis Brochen et de la première adjointe de Paris Anne Hidalgo (qui est aussi sa porte-parole), a fait la navette pendant deux heures entre le devant de la scène et l’arrière, discutant avec Yannick Noah et avec beaucoup d’autres artistes.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, sans qui ce concert n’aurait pu avoir lieu, a fait une apparition plus discrète. Pour tous ces responsables de la gauche, le retour de SOS Racisme et de ses valeurs de solidarité est un signe encourageant à un an de l’élection présidentielle.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu