Avertir le modérateur

lundi, 12 octobre 2009

Mort sans toi (t)

Bonjour à toutes et tous,

 

Je suis heureux de trouver le temps de jeter quelques mots sur la toile et de vous retrouver pour vous  parler d'une cérémonie qui me tient particulièrement à coeur.

Lundi prochain, je participerais dans les Grands Salons de l’Hôtel de Ville de Lyon à la cérémonie d’hommage aux « Morts sans toi(t) » organisée par Le Collectif des « Morts sans toi(t) » et le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits.


Qu’est-ce que le collectif des Morts sans toi(t) ?

 

Créé en avril 2003 par le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits, le Collectif des Morts Sans Toi(t) participe à l’inhumation, dans la dignité et l’humanité, de ceux qui passent à travers les mailles du filet de la fraternité et meurent dans la plus grande solitude. Il s’agit de personnes isolées (souvent âgées), de sans abri, d’étrangers dont la famille, restée au pays, n’a pas les moyens financiers de se déplacer pour l’enterrement ou pour rapatrier le corps. Parfois même de corps sans identité ! Elles sont décédées chez elles, dans un squat, une caravane, à l’hôpital, dans la rue. L’histoire de leur vie est généralement inconnue de ceux qui les accompagnent à leur dernière demeure.

 

L’action du Collectif des Morts sans toi(t) revêt deux aspects :

 

  1. un réseau d’accompagnement : alerté par les services funéraires dès qu’ils ont connaissance des funérailles d’une personne isolée, le Collectif, composé d’une quarantaine de citoyens d’horizons les plus divers, se mobilise selon les disponibilités de chacun pour être présent aux inhumations. Sur place, ils accompagnent le cercueil, lisent un texte, fleurissent les tombes et se recueillent. Lors de chaque inhumation, des fleurs sont offertes par un réseau d’anonymes. L’objectif est qu’à Lyon nul ne soit inhumé seul, sans une présence citoyenne et  fraternelle ;
  2. Chaque année, généralement le 2ème mardi d’octobre, une cérémonie est organisée à l’Hôtel de Ville sous la présidence du Maire de Lyon. A cette occasion, un hommage est rendu à tous les morts sans toi(t) que le Collectif a accompagnés, ou dont il a appris le décès, durant l’année précédente.


Qui sont les « Morts sans toi(t) » ?

 

Le Collectif des Morts sans toi(t) agit pour les morts de la rue (sans toit) et pour ceux qui, bien qu’ayant un domicile, sont isolés (sans toi).

 

  • Mort sans famille : les membres de la famille ne sont plus en vie ou le manque d’indices n’a pas permis de les retrouver, tout contact ayant été rompu. Il arrive aussi que, de leur vivant, des personnes expriment (dans un contrat obsèques par exemple) la volonté que leurs proches ne soient pas informés de leur décès. A l’inverse, il arrive parfois que la famille, pour des raisons personnelles, ne souhaite pas assister aux obsèques. Le mort sans famille n’est pas nécessairement isolé. Qu’il vive dans un foyer, un appartement ou dans la rue, il peut avoir des amis, des voisins. Ces derniers peuvent être présents le jour de son enterrement, voire participer à la prise en charge des funérailles.

 

  • Mort isolé : il/elle a vécu et est mort(e) dans l’isolement, tant par rapport à sa famille qu’au monde le plus proche. Son décès peut être découvert des jours, voire des semaines, plus tard. Le mort isolé n’est pas nécessairement sans ressources.

 

  • Mort démuni : il/elle a vécu sous un toit, peut-être entouré de sa famille et/ou d’amis, mais dans le dénuement. D’où l’expression de « mort indigent » pour qui les pouvoirs publics ont l’obligation d’assurer les funérailles. Aujourd’hui dans la législation funéraire, l’expression « mort indigent » est remplacée par celle de « personne dépourvue de ressources suffisantes ».
  • Mort de la rue : démuni financièrement, il/elle vivait dans la rue ou en hébergement précaire. Son corps peut avoir été retrouvé dans la rue, un squat, une caravane, un fleuve… Sous cette appellation, on peut classer aussi les morts non identifiés, communément appelés « morts sous X ».

 

Sur Lyon, entre le 1er juillet 2008 et le 30 juin 2009, 90 personnes sont décédées dans la solitude, chez elles, à l’hôpital, dans un foyer ou dans la rue.

 

Depuis la première cérémonie d’hommage aux « Morts sans toi(t) , en 2003, la mémoire de 442 personnes a été honorée. La plus jeune (Simona, décédée en avril 2004) avait 14 ans, le plus âgé (Georges, décédé en mars 2007) avait 105 ans.

 

Je terminerais ce billet par une citation de Pascal (extraite des Pensées, XXVI "Misère de l'homme dans Dieu" fragment 168-134): « les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère, l’ignorance, ils se sont avisés pour se rendre heureux de n’y point penser ».

A méditer.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu