Avertir le modérateur

lundi, 30 juin 2008

Pour une Ecole sans homophobie

En mars 2008, à Bagneux, six jeunes de 16 à 25 ans reconnaissaient avoir séquestré un garçon de 19 ans et lui avoir fait subir des sévices et humiliations à connotations antisémites et homophobes durant une journée entière. Ils auraient écrit « sale juif » et « sale pédé » sur son visage et l’auraient contraint à mimer une fellation sur un bâton.

Nous faisons un triste constat. Quand elles s’expriment sous leurs formes les plus désinhibées, les violences homophobes sont très régulièrement le fait de jeunes scolarisés ou à peine sortis de leur scolarité . Au delà de la sanction pénale, ces faits soulignent les défaillances de notre système éducatif.

L’Éducation Nationale n’a toujours pas engagé d’action décisive en matière de prévention des violences discriminatoires, ni d’action de sensibilisation au respect de la diversité des orientations sexuelles et des identités de genre.

Elle est aujourd’hui la grande muette contre l’homophobie, malgré des circulaires ministérielles et des initiatives encore trop isolées. Ces formes de discrimination restent malheureusement considérées comme secondaires et négligeables. « Enculé », « pédale », « salope », « brouteuse » sont toujours les insultes favorites de nos enfants à l’école. L’institution scolaire impose le silence et rejette la diversité humaine.

Face à l’homophobie, l’isolement et le repli sur soi deviennent la seule protection imaginable des jeunes en questionnement. Insultes, passages à tabac, rejet des parents ou des ami-e-s, et absence de repères positifs sont autant de facteurs qui entraînent mésestime de soi et homophobie intériorisée dont les conséquences sont dramatiques. Les tentatives de suicide des jeunes homosexuel-le-s sont de six à treize fois plus fréquentes que chez les jeunes hétérosexuel-le-s. Le mal-être que connaissent tou-te-s les adolescent-e-s se renforce alors par la violence de l’exclusion.

Les jeunes sont fragilisés par la violence directe, par le silence de ceux et celles qui pourraient agir et rétablir le respect et le droit là où l’homophobie fait rage. Aujourd’hui inscrite dans la loi, la pénalisation de l’homophobie est une nécessité. Mais elle n’a aucun sens sans une véritable éducation à la citoyenneté en amont. L’école ne doit plus être le lieu où l’on apprend à vivre son homosexualité dans la honte.

Au contraire, elle devrait empêcher la reproduction des schémas de domination sexiste et homophobe. Nous devons veiller à ce que l’École combatte l’hompohobie comme le racisme et le sexisme. Sans hiérarchie des discriminations.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu