Avertir le modérateur

jeudi, 20 mars 2008

Il y a longtemps que je t'aime

 

J’ai particulièrement apprécié ce film, qui retrace l’histoire de Juliette.

 

Juliette est une quadra qui sort de prison après avoir « payé sa dette » envers la société.

Comment reprend-elle pied dans un monde libre? Comment renoue-t-elle les liens avec Léa sa sœur ? Comment trouve-t-elle un emploi ? Un logement ?

 

Après 15 ans de prison, à force d’exclusions de ses droits sociaux, de déchéances de ses droits civils, d’interdictions professionnelles, le quotidien de Juliette, libérée, ressemble à un véritable parcours du combattant.

 

Juliette a un très lourd passé, un passé qu’on découvre peu à peu.

 

Philippe CLAUDEL, le romancier du Rapport de Brodeck, nous propose avec ce film un scénario original sur le poids de la culpabilité et les ravages du silence. Un film que je vous conseille vivement de voir.

 

 

15:40 Publié dans Cinema | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Enfin une ministre d'ouverture

Heureusement qu'elle essuie une cuisante  défaite aux municipales à Toul, sinon nous n'aurions pas eu le plaisir d'avoir au Gouvernement Nadine Morano, une vraie ministre d'ouverture. Sa nomination comme secrétaire d'Etat chargée de la Famille doit faire grincer quelques dents, à commencer par les miennes.

 

Bien connue pour son franc-parler populiste, pétulante jusqu'à être insolente, elle était au cœur de la polémique sur la rétention de sûreté.

 

Rappelez-vous, le 21 février, le Conseil Constitutionnel invalidait l’application rétroactive de la loi relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental. En réaction épidermique à cette décision, notre cher Président saisissait le Premier Président de la Cour de Cassation afin d’envisager toutes les solutions possibles pour que cette loi s’applique immédiatement aux criminels déjà condamnés. Tollé général, le Président de la République s’assoit sur l’article 62 de la Constitution, qui stipule que toutes les notifications du Conseil Constitutionnel s’imposent à toutes les autorités (administratives et juridictionnelles) et ne peuvent souffrir d’un recours.

 

Fidèle parmi les fidèles, comme Nadine MORANO aime l’indiquer, la porte-parole de l’UMP est venue à sa rescousse : selon elle, dénoncer la saisine par Nicolas SARKOZY du Premier Président de la Cour de Cassation à propos de ce texte, revenait à « se ranger du côté des assassins ».

 

No comment.

 

Pour vous convaincre, je me permets de vous livrer deux vidéos qui illustrent bien son caractère :

 

 

 
 

 


No comment.

 

 

Femme insupportable, elle irrite également les conservateurs de son propre camp, notamment lorsqu’elle se déclare être favorable à l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe.

 

Cependant la Boutin est rassurée. Placée sous le contrôle de Xavier BERTRAND, Nadine MORANO déclare qu’elle « ne renonce pas à ses convictions » et assure qu’elle « appliquera le projet présidentiel à la lettre ».

 

D’autant plus qu’on sait qu’elle est capable de défendre coûte que coûte le projet présidentiel à la lettre :

 


Aucune révolution idéologique ne se profile à l’horizon.

 

 

mardi, 18 mars 2008

Michel HAVARD dit le COC

Le leader de l’opposition est enfin connu. Il s’agit du jeune Secrétaire Départemental de l'UMP, aux dents trop longues qu’il en raye le parquet, Michel HAVARD.

Il sera le président d'un groupe commun afin de sceller l'union  entre millonistes et UMP. Il comptera donc 16 conseillers dont Amaury NARDONE, Denis BROLIQUIER, Nicole CHEVASSUS et Emmanuel HAMELIN. 

Avec ses compères, Michel HAVARD souhaite proposer à chaque Conseil Municipal, le chant du COC, (Contrat d’Opposition Constructive). 

cc7c7f3f7ee84df33366ad6d6cd4ede2.jpg
 
L’objectif du chant du COC  selon Denis BROLIQUIER, est d’être « plus pugnace que dans le dernier mandat, mais en évitant, de tomber dans l'anti-collombisme ».

 
Deux détails me rassurent :

  1. souvent belliqueux, le COC  se bat volontiers avec les autres ;
  2. le COC n’a point de force ;

 

Ainsi il est fort à parier que face à l’euphonie du discours de la majorité, le chant du COC va ressembler au fil du temps à la cacophonie d’une basse-cour.

La droite s'est pris une gauche

02f3dc6b38f51b9b1df241c44f9cb87c.jpg

Une erreur manifeste d'appréciation

Vous étiez nombreuses et nombreux à me demander des nouvelles de Nadir.

 

Nadir est un jeune homosexuel d’origine algérienne, en France depuis plus de 7 ans. Nadir, 24 ans, est scolarisé dans un Lycée professionnel à Villeurbanne et doit passer en Juin 2008 les épreuves du Baccalauréat. En France, il a trouvé amour et sécurité avec Samuel, son compagnon depuis bientôt deux ans. Il a construit avec lui une relation homosexuelle affective stable. Un éventuel retour en Algérie lui ferait courir des risques importants. Sa famille l’a rejeté, et en particulier sa tante, qui l’avait accueilli en France à l’âge de 16 ans avant de le mettre à la porte en juin 2003 après avoir découvert son homosexualité. Depuis, elle ne cesse lui nuire auprès du reste de sa famille restée en Algérie, en dénonçant violement son homosexualité. Les parents, frères et sœurs de Nadir, assez « traditionalistes » dans leur culture et leur religion, ne peuvent accepter ce fait. Dans un village où il ne pourra cacher son homosexualité ni compter sur le soutient de sa famille, son retour le met véritablement en danger.

 

Convoqué devant le Tribunal Administratif en février 2008, nous venons de recevoir par lettre recommandée la notification du TA. Le juge administratif s’est prononcé en faveur de Nadir puisqu’il annule l’Obligation de Quitter le Territoire français (OQTF). Pour le juge administratif, la mesure d'éloignement imposé par la Préfecture du Rhône à l'encontre de Nadir est une atteinte disproportionnée à sa vie privée. Selon lui, la Préfecture du Rhône viole l'article 8 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales. En cas de retour, Nadir risquerait trois ans d'emprisonnement. La législation algérienne réprime sévèrement tous comportements homosexuels. L’homophobie y est importante : les gays affirmés, comme les garçons un peu trop « efféminés » sont victimes d’insultes, de brimades, de coups et de viols.

 

Ainsi le TA estime que "d'une part l'homosexualité est regardée comme un délit en Algérie et est punie, à ce titre, d'une peine d'emprisonnement" et d'autre part que "la liberté (de Nadir) serait menacée en cas de retour en Algérie".

 

On ne peut que se féliciter de cette décision. Cependant, à notre grand regret, le juge administratif ne se substitut pas au Préfet : aucune injonction pour que Nadir puisse enfin obtenir un titre de séjour « vie privée et familiale ». Le Tribunal Administratif laisse ce pouvoir d’appréciation au Préfet du Rhône d’accorder ou non un titre de séjour d’un an à Nadir.

 

Allez, je vais faire un oxymore: nous allons  devoir faire appel encore une fois à l’humanité du Préfet du Rhône.

 

Dans le bureau du Cabinet du Préfet, il n’y a de la place que pour les circulaires, la réglementation, la loi et les calculs politiciens.

 

Le cœur reste toujours sur le paillasson.

 

lundi, 17 mars 2008

le beau est toujours bizarre

Silence, mensonge, chantage: suffisamment docile pour avoir le droit à son petit su-sucre ?

Une maxime dont j’ai horreur, une maxime qui ne veut rien dire, une maxime qui est devenue une évidence, sans cesse répétée mais jamais repensée : « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres ».

Cependant, elle correspond bien à cette situation : tais-toi, fais le beau et surtout ne poses aucune question.

A mon grand regret, Baudelaire a encore raison, « le beau est toujours bizarre »

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu