Avertir le modérateur

lundi, 28 janvier 2008

Contre les franchises médicales

 
 
 
 

 

ATTENTION : cette action n'est pas un appel à la grève de soins

Vous connaissez peut-être Bruno-Pascal CHEVALIER. 

Bruno est militant chez Aides et au Patchwork des noms. 

Motivé depuis longtemps par le combat contre l’injustice et l’exclusion, malade du Sida, il a décidé de faire une grève du soin et de suspendre ainsi son traitement.  

Bruno-Pascal CHEVALIER a décidé de mettre sa vie en danger afin de s’opposer aux franchises médicales instaurées par le Gouvernement.

Je vous invite à signer cette pétition : http://www.appelcontrelafranchise.org/franchise.php

 

 -----

e62be20bfcf8cb72f57c2c7bad7c628d.jpg

 Le mardi 22 janvier 2008, Jean-Louis Touraine, Député du Rhône, a interpellé la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports pour dénoncer une énième fois la mort programmée de la sécurité sociale.

Permettez moi de la retranscrire ici: le Député fait référence aux malades qui ont entrepris une grève des soins.

----

M. le président. La parole est à M. Jean-Louis Touraine, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

M. Jean-Louis Touraine. Monsieur le président, chers collègues, permettez-moi d’abord de rappeler la question de M. Hollande : pouvons-nous avoir à l’Assemblée nationale un débat sur l’inquiétante situation financière ? 

Madame la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports, en 1945, le Conseil national de la Résistance a créé la sécurité sociale, bel ouvrage de solidarité nationale qui a permis à la France de se hisser au rang de premier pays du monde en termes de santé pour tous à la fin du XXe siècle. Ce système est mis à mal par vos diverses mesures dont la plus emblématique est l’instauration de taxes pour les malades, ce que vous appelez des franchises médicales. C’en est fini du beau principe de la cotisation de chacun en fonction de ses moyens et du bénéfice pour tous en fonction de leurs besoins ! Certes, vous gardez le nom de « sécurité sociale », mais vous le videz de son sens en transférant vers l’assurance privée une grande partie de ses activités. C’est ce que j’appelle l’apoptose de la sécurité sociale, sa mort programmée.

Les franchises médicales imposées aux malades porteront un rude coup au pouvoir d’achat des classes moyennes et basses, des malades chroniques et des personnes âgées. Elles s’ajoutent de façon choquante aux déremboursements de plus en plus nombreux, lesquels ne concernent plus les seuls médicaments dits de confort. Les franchises médicales vont également dissuader nombre de patients de se faire soigner précocement et efficacement. Certains d’entre eux, dont des malades du sida, des diabétiques et des insuffisants rénaux, ont entrepris une grève des soins ce qui comporte, bien sûr, des risques importants, pour eux et pour la santé publique. Ces patients se sentent pénalisés, rejetés, ou encore, comme ils le disent eux-mêmes, « coupables d’être malades ». Face à ce drame, vos réponses apparaissent en décalage, sans compassion ni empathie. 

M. le président. Veuillez poser votre question, monsieur le député !

M. Jean-Louis Touraine. La réponse apportée par écrit par le Président de la République est en outre fausse, traduisant la méconnaissance par M. Sarkozy des lois qu’il a suscitées. Non, les franchises médicales ne peuvent pas être prises en charge par des organismes complémentaires et ne peuvent pas être remboursées !

M. le président. Posez votre question !

M. Jean-Louis Touraine. La plupart des malades n’ont d’autre solution, pour éviter de payer, que de renoncer aux soins. Nous avons formulé des propositions, madame la ministre, mais vous êtes restée autiste…

M. le président. Je vous remercie.

La parole est à Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports. 

M. François Brottes. La question ne sera pas posée !

Mme Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la santé, de la jeunesse et des sports. Monsieur Touraine, je veux rappeler que notre système d’assurance maladie assure une solidarité parmi les plus élevées du monde. Nous sommes en effet l’un des trois pays qui garantissent le meilleur remboursement des dépenses maladies : pratiquement 80 % de ces dépenses sont prises en charge par l’assurance maladie.

M. Jean-Claude Lenoir. Très bien !

Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports. En ce qui concerne les franchises médicales, qui servent à financer de nouveaux besoins de santé, quinze millions de nos concitoyens les plus fragiles, dont les revenus sont les plus faibles, en sont exonérés.

M. Patrick Roy. Haro sur les malades !

Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports. Vous avez appelé mon attention sur quatre personnes qui ont décidé de faire une grève des soins. L’une d’elles a déjà repris ses soins. J’en ai reçu une autre, pour lui dire mon inquiétude et la convaincre de l’importance de mettre un terme à sa grève.

M. Arnaud Montebourg. Cela ne sert à rien de toute façon !

M. Patrick Roy. Haro sur les malades !

Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports. Des dispositifs sont à l’oeuvre pour les malades qui auraient des difficultés à suivre des soins. En effet, le Fonds national d’action sociale et sanitaire de l’assurance maladie, doté de 224 millions d’euros pour 2008, permet de financer des actions programmées et d’apporter des soutiens individuels soit en remboursements de prestations, soit par des aides en argent. Les dossiers sont instruits extrêmement rapidement soit par les caisses primaires, soit par les associations.

M. Arnaud Montebourg. Répondez à la question !

M. Patrick Roy. Haro sur les malades !

Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports. Le débat sur ces questions, dans une démocratie, doit se passer dans la confrontation des arguments et ne saurait en aucun cas relever de la violence faite aux personnes, y compris à soi-même ! 

M. le président. Je vous rappelle, mes chers collègues, que vous disposez de deux minutes et demie pour poser vos questions. Quant à ceux qui crient, et je m’adresse en particulier à M. Roy, je considère que c’est regrettable pour l’image de notre assemblée.

M. Daniel Vaillant et M. Jean-Louis Bianco. Regardez plutôt les bancs de la majorité !

 

 

2782b5235ace5baf37d33fb7757af77c.jpg
 

03:20 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu